Home Agenda Proefnotities Fotoboek Zoeken Contact  

Dag bezoeker, klik hier om in te loggen. Klik hier om lid te worden.

Catastrofe voor de Bourgogne- en Pommard- wijngaarden !

Gepost op 01/07/2014 om 20:29 door Carl in de rubriek algemeen.

Het bericht is ons zopas binnengelopen, betreffende het laatste weekend van juni (28-29/07-2014) , waarbij een groot deel van de toekomstige wijnoogst is verwoest. Zware hagelstormen, die veroorzaakt zijn van koude- en warme luchtstromingen boven de oostelijke regio van Bourgogne. De schade is volgens de eerste vaststellingen zeer groot, tot 80 % van de bessen. Vooral de rassen Pinot Noir, die tot de zwakke fruitdruiven behoren, zijn het ergst getroffen. Het is bekend dat ze een fijne pel bezitten, waarbij de rode kleurstof tussen het vruchtvlees een uiterst dun pelvliesje bevatten. Voor de peperdure witte Chardonnayrassen hebben zij het voordeel van een betere bescherming van hun omhulsel en verschillende minimeters dikte. Ze kunnen een betere bescherming aan tegen regen- & hagelvlaag.


Regio Cote-du-Beaune is het ergst getroffen.


De wereld vermaarde en prestigieuze wijnen, worden er gemaakt zoals : VOLNAY , SANTENAY , MEURSAULT , POMMARD en Beaunewijnen. Het financieel verlies zou in vele miljoenen gaan. Een beperkte oogst, van het overblijvend druivenmateriaal zal dan ook voor de consument duidelijk voelbaar zijn in aankoopprijs. Men kan begrijpen dat vele families zijn getroffen, en dit zeer pijnlijk is. Schouderklopje voor een mooie toekomstige zomer- en nazomerperiode kan dan wel, nog enig verlies compenseren. Wij hopen op de gunst van alle weergoden.


Vanwege onze getuigenis in BOURGOGNE ......














Grêle en Bourgogne : "Soit on laisse mourir les vignerons..."

Pour la troisième année de suite, plusieurs vignobles de Bourgogne ont été fortement endommagés par la grêle samedi 28 juin. Les vignerons demandent à l'État d'intervenir.



Grêle en Bourgogne : "Soit on laisse mourir les vignerons..."


Les vignobles de Bourgogne touchés pour la troisième année consécutive par la grêle : production, finances et moral sont au plus bas.


Il faut une grande force mentale pour rebondir après une telle épreuve. "Ça nous fauche d'un coup et ça nous laisse abattus" détaille Michel Buisson (domaine Buisson-Charles).

Majoritairement situées en appellation Meursault, ses vignes ont été sévèrement touchées par l'épisode de grêle qui a frappé la Bourgogne, en particulier les appellations Pommard, Meursault, Beaune et Volnay samedi 28 juin. 30 à 50% de ses vignes qui possèdent des grains ont été abîmées.

Cet épisode s'inscrit dans une série noire pour le vigneron qui a subi la grêle pour la sixième fois en sept ans : 2008, 2010, 2012 (à deux reprises), 2013 et 2014.

90 à 100% DE MES VIGNES TOUCHÉES










Jean-Marc Roulot (domaine Roulot) est dans la même situation. 100% de ses vignes en appellation Meursault ont été touchées et les dégâts sont évalués entre 30 et 40%. "Parfois, les grappes sont au sol" constate-t-il désemparé. La grêle, de forte intensité, s'est étendue "sur un rayon de 30km".

Pour Nicolas Rossignol (domaine Nicolas Rossignol), vigneron à Volnay, les dégâts sont encore plus importants. "90 à 100% de mes vignes sont touchées et entre 50 et 60% du vignoble est détruit" explique-t-il.

Ces trois vignerons sont touchés pour la troisième année de suite par de violents épisodes de grêle.








"IL FAUT ALERTER LES POUVOIRS PUBLICS"


Leur problème majeur est de ne pas avoir de vin dans les caves. "Je passe mon temps à dire que nous n'avons plus de vins à vendre" souligne Michel Buisson.

Cette pénurie de production entraîne des difficultés dans la gestion financière des domaines.

"Il faut alerter les pouvoirs publics" lance Nicolas Rossignol. "Soit on laisse mourir les vignerons, soit on préserve l'agriculture et le monde viticole, car outre les coûts de production, nous avons des taxes à payer, des coûts de fermage, etc, cela crée un déséquilibre financier."













"DÉCISIONS EXCEPTIONNELLES"

"Nous sommes tributaires des aléas climatiques mais malheureusement ils ne sont pas pris en compte dans les charges" renchérit Michel Buisson.

"Dans des conditions exceptionnelles, des décisions exceptionnelles devraient être prises" pense Nicolas Rossignol.

"LES CLIENTS N'ONT PAS À PAYER"

Face à cette situation, Michel Buisson ne voit que deux options : "serrer la ceinture, par exemple en achetant moins de fûts, ou bien augmenter les prix de vente." Il opte pour le premier choix car selon lui, "les clients n'ont pas à payer les effets des aléas climatiques, ils n'y sont pour rien et je ne veux pas perdre ma fidèle clientèle."

Cette année, des générateurs "anti-grêle", à iodure d'argent, ont été installés en Bourgogne afin de limiter l'impact de la grêle. Pour les vignerons, il est difficile de mesurer leur efficacité. Ils limitent les "grosses noix très destructrices" pour Nicolas Rossignol.

Michel Buisson pense que leur action sera plus efficace sur des orages de plus faible intensité que celui qui s'est abattu sur ses vignes le week-end dernier.





Deca Juli 2014 COPYRICHT EN RECHTEN

Afdrukvriendelijke versie
Log in om te reageren!
Nog geen reacties op dit bericht...

Wijnton.be beschikt over een team van deskundige personen om een degustatie bij u thuis, op een feest, in een club,... te begeleiden. Voor meer info neem contact op via ons contact-formulier.





Bekijk het volledig archief





Copyright 2009 Wijnton.Be - Door J. Santy voor C. Devriese